En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies

“ Un univers sensible et poétique,
résolument tourné vers la nature,
respectueux du bel ouvrage façonné à la main. ”

Céline Wright

« Le travail fait main est la seule énergie humaine non polluante », déclare Céline Wright. Tous ses objets sont fabriqués à la main, mêlant techniques ancestrales revues et corrigées à l’aube du XXIè siècle, et les matériaux utilisés sont naturels et non... polluants. La fabrication d’un luminaire nécessite différents types de manipulations très pointues. C’est ainsi que la designer a créé (...°véritable réseau de personnes qui travaillent à domicile sur le modèle anglais baptisé « Cottage industry », grande réussite de fabrication. Chaque luminaire est unique. Moulée et structurée à la main, « une coque de la gamme cocon peut se composer de plus de 1600 bandelettes de papier, individuellement collées dans un moule. Sa réalisation peut prendre jusqu’à 7 heures de travail », souligne la créatrice.

L'atelier

Céline Wright réconcilie artisanat et design.Moulée et structurée à la main, énergie humaine non polluante, une coque de la gamme cocon peut se composer de plus de 2000 bandelettes de papier patiemment collées sur une forme. Sa réalisation peut prendre jusqu’à 4 jours de travail, « l’éloge du temps apaise nos rythmes de consommation effrénée », souligne Céline Wright. Le pinceau est l’unique outil. La fabrication, à échelle humaine, est réalisée dans notre atelier à Montreuil et à domicile dans un réseau de proximité, réduisant ainsi la pollution liée au transport. Chaque luminaire est unique et parle de nature. La poésie est également pour nous une valeur durable.

 

le papier :

 

Céline Wright redonne ses lettres de noblesse à « ce matériau oublié » dans notre société industrielle. Le « Washi », papier japonais à la blancheur inaltérable, possède de nombreuses vertus très mal connues en Europe : résistant et très translucide, il permet de réaliser de très grands luminaires d’une extrème légèreté : le luminaire « Cirrus », d’une envergure de 2,20 m, pèse moins de 5 kg. Délicat et fonctionnel, illustrant parfaitement la fable du chêne et du roseau, l’apparente fragilité du papier ne laisse en rien transparaître sa résistance.